RDC: 18 morts dans des combats entre l’armée et des rebelles

Les Forces armées nationales (FARDC) renforcent leurs positions autour de Goma après un deuxième jour (21 mai 2013) de combats entre eux et des éléments du M23 dans la localité de Mutaho à une dizaine de kilomètres de Goma. © MONUSCO/Clara Padovan

Des combats à l’arme lourde dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) ont fait dix huit morts.

 

Selon des sources militaires citées par l’Agence France Presse (AFP), quatre soldats et 14 rebelles ont été tués dans ces combats entre l’armée et des miliciens dirigés par un ancien officier de l’armée congolaise.

Les combats opposent l’armée aux groupe armé Yakutumba, du nom de l’ex-officier William Amuri Yakutumba dans le territoire de Fizi, province du Sud Kivu.

Ces miliciens seraient alliés aux rebelles du Front national de libération (FNL) du Burundi voisin, selon plusieurs sources de la région.

Un porte-parole de l’armée dans la région, le capitaine Dieudonné Kasereka a déclaré dimanche que “Les rebelles ont déjà perdu 12 combattants, dont le commandant Alida, l’adjoint de Yakutumba”.

“Trois soldats sont morts noyés avec leurs armes dans une rivière”, a-t-il ajouté.

En septembre 2017, la milice Yakutumba avait directement menacé l’une des grandes villes de la province du Sud Kivu, Uvira, grand port sur le lac Tanganyika en face de Bujumbura.

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) avait dû intervenir avec des hélicoptères.

En février, l’armée congolaise avait affirmé avoir “anéanti” les Yakutumba lors d’une offensive. Mais les combats de ces derniers jours notent du contraire.

Plus de cent groupes armés sont actifs dans l’Est de la RDC qui prépare des élections le 23 décembre pour désigner un successeur au président Kabila et élire leurs représentants dans les assemblées.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*