Gilets jaunes : pénurie de carburant dans plusieurs régions françaises

Malgré les concessions du gouvernement français, les gilets jaunes ne décolèrent pas et appellent à d’autres rassemblements sur l’ensemble du
territoire.

Serai-ce une nouvelle révolution française?

La France est depuis plus de quatorze jours confrontée à une vague de colère de centaines de manifestants se réclament « gilets jaunes » qui ont décidé de
s’en prendre aux sites pétroliers pour s’offusquer à la hausse des prix du carburant.

La mesure avait été prise par les autorités françaises il y a juste quelques jours.

Cette contestation démarrée depuis fin novemble ne faiblit pas et leurs initaiteurs de plus en plus déterminés.

Au lendemain des annonces du gouvernement, des « gilets jaunes » ont poursuivi mercredi leurs actions, ciblant toujours des dépôts pétroliers, routes et
zones commerciales, des stations-services à court de carburants.

Au dépôt pétrolier du Mans (Sarthe), aucun camion n’a pu quitter le site bloqué depuis dimanche soir par des manifestants se relayant au cours de la
journée. Leur nombre pourrait varié « d’une quinzaine à 200 », a indiqué l’AFP.

Le dépôt pétrolier de La Mède (Bouches-du-Rhône), est aussi touché par ce mouvement social. Celui de Grand-Puits, en Seine-et-Marne n’est pas épargé,
selon l’entreprise Total.

En revanche,les dépôts pétroliers de Lorient (Morbihan) et Brest (Finistère), ont pu être libérés mercredi. Ils étaient bloqué par des entrepreneurs
indépendants de travaux publics depuis sept jours les lieux.

En Loire-Atlantique, des barrages filtrants persistent près de la raffinerie Total de Donges et du port de Saint-Nazaire, selon la préfecture. Les
« gilets jaunes » mènent également une opération de barrage filtrant devant la raffinerie du Midi à Dijon, selon un journaliste de l’AFP.

La France compte environ 200 dépôts pétroliers, dont 50 majeurs selon Total.

Ce mouvement a causé des pénuries d’essence en Bretagne, Normandie, les Pays de la Loire et au sud-est (Gard, Var, Hérault, Alpes-Maritimes).

Une dizaine de stations-service sont à sec ou en manque de carburants autour de Lyon, situation due à « une surconsommation ponctuelle », selon la
préfecture.

Dans un communiqué la préfecture de la Sarthe a mis en garde contre  » les approvisionnements de précaution! », appelant les automobilistes au « civisme »
et à la « responsabilité ».

A Lorient, « la situation va se résorber progressivement », a rassuré la préfecture du Morbihan dans un communiqué. Dans le Finistère aussi, la situation
revient peu à peu à la normale.

Un peu partout en France, des manifestants continuent d’investir des ronds-points et des zones commerciales, comme dans le Finistère, en Seine-Maritime,
à Nîmes autour d’une plateforme Auchan, ou à Lannion (Côtes d’Armor), où des « gilets jaunes » ont bloqué mercredi matin l’entreprise Nokia, selon Ouest
France et Le Télégramme.

Sur les réseaux sociaux, les manifestants de nombreuses régions appellent à se mobiliser une nouvelle fois samedi.

Les fédérations CGT et FO du secteur du transport routier ont eux appelé à la grève à partir de dimanche soir 22H00 et pour une durée indéterminée afin
de défendre le pouvoir d’achat.

Avec L’agence France Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *