Niger : possibles attaques de Boko Haram début 2019

Les autorités nigériennes ont fait part de leurs craintes sur de possibles attaques des membres de la secte Boko Haram en début d’année prochaine.

Selon le ministre de la Défense du Niger Kalla Moutari, les insurgés de mouvement islamiste insurrectionnel pourraient mener des attaques contre les forces nigériennes.

Pour M. Moutari, la constitution des forces spéciales est l’ultime alternative contre les jihadistes.

Samedi devant le Parlement, le ministre a rappelé que « la situation reste préoccupante au Nigeria » voisin, où « des bases militaires ont été défaites » récemment par les insurgés.

D’après lui, les combattants de « Boko Haram ont pu se ravitailler en matériel et se revigorer ».

M. Moutari estime que dès janvier 2019, (période) qui correspond au début du retrait des eaux de la Komadougou », une rivière formant une frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria serait un moment propice pour les militants pour mener des attaques.

D’autant que lorsque les eaux de la Komadougou sont à leur plus haut niveau, elles entravent les incursions des insurgés nigérians sur le sol nigérien.

Après les attaques contre des bases militaires nigerianes,  » ce groupe dispose de la capacité nécessaire pour mener des actions de grande envergure contre nos positions à tout moment » et « nous nous préparons en conséquence », a-ajouté le ministre nigerien.

Il rappelle également qu’une « armée classique ne pourra peut-être pas venir à bout de Boko Haram » précisant que Niamey « a décidé de (faire) former sur place ses forces spéciales » par les armées de « France, d’Italie et des Etats-Unis ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *