Nigeria : l’Unicef accusé d’espionnage dans le nord-est

L’armée nigériane a annoncé vendredi qu’elle avait « suspendu » les activités du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), dans le nord-est du pays.

L’armée nigériane accuse notamment certains membres de l’Unicef d’espionnage en faveur des jihadistes qui mènent une insurrection depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria.

Dans un communiqué, le colonel Onyema Nwachukwu fait savoir que « certains membres de l’agence onusienne se livrent à des pratiques pernicieuses, susceptibles de nuire à la lutte contre le terrorisme ».

Se fondant sur des informations crédibles, il déclare que « ces derniers entraînent des espions qui soutiennent les insurgés ».

« En conséquence, les opérations de l’Unicef sont suspendues dans le nord-est jusqu’à nouvel ordre », a-t-il ajouté.

Il n’était pas possible de vérifier auprès de l’Unicef.

Toutefois, la décision de l’armée a été condamnée par Amnesty International. L’organisation dénonce une tentative pour « intimider les organisations humanitaires internationales ».

Pour l’ong de défense des droits humains, « L’accusation est absurde. Et la suspension des activités de l’Unicef va seulement aboutir à priver de l’aide humanitaire à ceux qui sont touchés par le conflit avec Boko Haram ».

Osai Ojigho, directeur d’Amnesty au Nigeria a demandé « l’annulation immédiate » de cette mesure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *