Nigeria: plus de 3.600 personnes tuées dans des violences communautaires

D'après Amnesty international , la négligence des autorités nigérianes à enquêter et punir les auteurs des tuéries de masse lors d'affrontements entre éleveurs et agriculteurs a attisé le conflit entre les deux communautés

Dans un rapport publié lundi, l’Ong de défense des droits humains, Amnesty international note que plus de 3600 personnes ont péri dans des affrontements intercommunautaires au Nigéria.

Selon Amnesty ces affrontements qui opposent depuis 2016, agriculteurs et éleveurs, sont d’après l’Ong favorisés par les autorités qui peinent à punir les auteurs des violences.

Mais ces affirmations ont soulevé l’ire de l’armée nigériane qui a menacé de faire “fermer les bureaux d’Amnesty International” dans le pays.

De son côté, la présidence a dit être “préoccupée” par les activités de l’ONG sur un autre front, la lutte contre les islamistes armés de Boko Haram.

Dans son rapport intitulé “Récolter les morts: trois années d’affrontements sanglants entre agriculteurs et éleveurs”, Amnesty fait savoir que pour la seule année 2018, 2.000 personnes ont été tuées dans le conflit opposant éleveurs nomades et cultivateurs sédentaires.

L’organisation non gouvernementale note en outre que “L’incapacité des autorités nigérianes à enquêter sur les affrontements et à traduire leurs auteurs en justice a alimenté l’escalade sanglante du conflit entre les deux communautés.

En trois ans, les accrochages entre elles ont fait “3.641 morts”, a affirmé Amnesty.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*