Zimbabwé : un rapport d’enquête accuse l’armée d’être responsable « des tuéries postélectorales d’août »

Une enquête sur les violences postélectorales après les élections d’août au Zimbabwe met en cause l’armée.

D’après les conclusions de cette enquête présenté par le président Emmerson Mnangagwa révèle que l’armée a fait un usage de balles réelles pour mettre fin à la contestation électorale.

Usage « justifié ».

L’utilisation de balles réelles par les militaires pour réprimer les violences post-électorales au Zimbabwe en août était « disproportionnée et injustifiée », a déclaré

mardi le président Emmerson Mnangagwa, lors de la présentation des conclusions de l’enquête menée par une équipe d’experts après les affrontements.

Des violences avaient lorsque Emmerson Mnangagwa a été déclaré vainqueur de la présidentielle anticipée par la Commission électorale zimbabwéenne.

Ces élections étaient les premières après la chute de Robert Mugabé.

Selon les autorités zimbabwéennes, ces élections ont fait six morts et des dizaines de blessés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *