Les togolais aux urnes pour les législatives

Selon le projet de loi sur le nombre de mandat présidentiel, le mandat du président de la république est de cinq ans renouvelable une seule fois

Les togolais votent depuis jeudi matin pour des élections législatives boycottées par la principale coalition des partis d’opposition qui ont appelé au report du scrutin.

Une forte présence militaire était visible dans la capitale Lomé où les électeurs se rendaient dans les bureaux de vote pour élire leurs députés malgré l’appel au boycott du scrutin lancé par 14 partis d’opposition qui dénoncent un “hold-up électoral” du parti au pouvoir.

La veille, le général Yark Damehame, le ministre de la sécurité, avait mis en garde contre tout acte visant à “empêcher les élections”. “Nous avons pris les dispositions qui s’imposent pour accompagner nos compatriotes pour qu’ils puissent accomplir leur devoir civique”, avait-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Les forces de sécurité (gendarmes, policiers et militaires) étaient déployés pour prévenir toute violence lors de ce vote, sous haute tension.

Dans les quartiers de l’opposition, comme à Agoé, fief du Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, il n’y a pas de réel engouement des électeurs qui arrivent ” au compte-gouttes” d’après le président du bureau de vote d’Alfourkane.

En cause, l’appel au boycott lancé par la coalition de l’opposition C-14, dans un communiqué largement partagé sur les réseaux sociaux.

Depuis plus d’un an, l’opposition togolaise mobilise ses partisans dans les rues du pays pour réclamer d’une part des réformes constitutionnelles et électorales, et d’autre part la démission du président Faure Gnassingbé et la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

Avec ce boycott de l’opposition, le parti au pouvoir peut espérer remporter les 4/5 des sièges (73 députés sur 91 contre 62 actuellement), pouvant lui permettre d’opérer seul les réformes au Parlement, notamment une réforme constitutionnelle permettant au président Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025.

Pour rappel, Faure Gnassingbé qui totalise 13 ans au pouvoir est arrivé aux affaires en 2005 après le décès de son père, le général Eyadema Gnassingbé.

Lui, a dirigé le Togo pendant 38 ans.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*