Babalwa Latsha : De joueuse de rugby à “avocate” (portrait)

Babalwa Latsha est une joueuse sud-aficaine de rugby devenue une icône au pays arc en ciel

Babalwa Latsha est une joueuse sud-aficaine de rugby devenue une icône au pays arc en ciel de par son parcours tant au sein des Springboks que dans sa réussite scolaire.

Babalwa Latsha, joueuse sud-africaine se lance au rugby à sept ans. Si ce n’était pas seulement un nouveau sport , elle devait maîtriser la discipline. Pour commencer, elle s’inquiétait de sa sécurité.
“Il y a des moments où j’aimerais aller courir le soir, mais je ne peux pas parce que je vis dans un township “, raconte Latsha, originaire de la région de Khayelitsha, située dans la partie ouest de Cape Town, au Cap.

Alors qu’elle poursuivait ses ambitions sportives et académiques, Latsha a quitté la maison familiale pour s’installer dans un endroit à elle. “C’était la meilleure chose qui soit arrivée, en fait, pour mes études universitaires et aussi pour mon rugby “, dit Latsha, qui faisait partie du programme de développement inaugural de la South African Rugby Legends Association (SARLA) en 2014.

Elle n’a cependant pas abandonné ses racines et vit toujours dans le township de Khayelitsha dans l’espoir de changer un jour son image afin que “Khayelitsha ” soit vu autrement et plus comme la plupart des township d’Afrique du sud.

Babalwa Latsha c’est aussi ” une étonnante discipline de travail” car elle étudie également le droit à l’Université de Western Cape pour devenir avocate. Latsha qui a dû travailler son physique pour l’aider à faire face aux exigences du métier, a de part son expérence ouvert une nouvelle voie pour le sport féminin sud-africain.

“Que ça me plaise ou non, il ne s’agit pas de moi en tant qu’individu. Il s’agit de la personne qui me regarde et pense : ” Peut-être que je peux faire la même chose. Dans mon coeur, c’est de ça qu’il s’agit.”, soutient la joueuse.

Cette année, Latsha a été capitaine des Springboks pour la première fois lors d’un tournoi à sept contre l’Espagne, l’Italie et le Pays de Galles. Elle a été élue après le tournoi “meilleure joueuse de rugby féminin en Afrique du Sud en 2017”.

“Latsha est une source d’inspiration pour nous tous”, a dit Stefan Terblanche, responsable de lala South African Rugby Legends Association (SARLA). Mais pas que, une autre personne à inspirer est sa sœur de 12 ans, qui suit déjà les traces de Latsha en tant que joueuse de rugby à l’école primaire. “Elle copie tout ce que je fais, donc pour elle, la meilleure chose à faire était de commencer à jouer au rugby.

En fait, elle est plutôt douée “, dit Latsha. “J’espère laisser un héritage, alors elle continuera.”
Latsha représente également Western Providence dans le format à 15 et aspire à qualifier les Springboks pour la Coupe du monde féminine de rugby 2021 en Nouvelle-Zélande.

L’Afrique du Sud a d’abord développé une équipe de rugby féminin en 2004. Depuis lors, elle a disputé trois Coupes du Monde, remportant collectivement deux matches et en perdant 13 avant de rater la qualification pour 2017.

Avoir un talent de classe mondiale comme Latsha pourrait toutefois transformer la vie des Springbok Women.

Si son jeu continue à se développer, une équipe de rugby d’une des ligues féminines les plus compétitives du Royaume-Uni ou de l’Europe continentale pourrait faire appel à elle. Mais éloigner Latsha de l’Afrique du Sud sera difficile, étant donné qu’elle est en passe de devenir avocate, un rêve qu’elle a depuis son enfance.

“D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fascinée par la façon dont les avocats parlaient avec tant d’éloquence et par toutes ces robes “, se souvient-elle. “À mes yeux, c’étaient des champions de la justice et tout ça.” Il n’a pas été facile de trouver un équilibre entre l’entraînement intensif requis pour le rugby et le monticule de lecture pour ses études de droit.

“Je pense que la gestion du temps est une chose très importante parce que j’ai besoin de m’entraîner “, note-t-elle.

“J’ai réussi à trouver un moyen jusqu’à maintenant, et ça marche. Écoutez, un diplôme en droit est très exigeant en termes de temps “, ajoute-t-elle. “Pour ce faire, il y a tout un processus qu’il faut suivre. J’ai donc décidé de faire ce voyage et d’entamer le processus.

Source : CNN


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*