RDC/Présidentielle : la publication des résultats reportée

Le président de la Céni RD Congo, Corneille Nangaa est visé par les sanctions américaines

C’est samedi que le président de la Commission électorale congolaise (Céni), Corneille Nangaa a annoncé le report à une date ultérieure de la publication des résultats de la présidentielle.

Les congolaises devront attendre une semaine supplémentaire pour enfin connaître les premiers résultats de la présidentielle du 30 décembre 2018.

Prévue pour ce dimanche, le président de la Céni, Corneille Nangaa a annoncé samedi que les résultats provisoires ne seront pas “publiés” comme prévu auparavant.

« On est encore autour de 45 à 48 % » dans la remontée des bulletins de vote, a-confié M. Nangaa précisant que son institution pourra ” La semaine prochaine donner” les résultats.

Ces dernières 72h, le ton est particulièrement monté entre les autorités de Kinshasa et plusieurs pays occidentaux. A commencer par la Belgique qui par la voix de son ministre des Affaires étrangères avait appelé à intensifier la pression pour emmener la Céni à publier les résultats exacts du vote.

Le département d’Etat américain n’est pas passé par mille chemin et a, à son tour demandé la publication des vrais résultats. Samedi, le président Donald Trump a annoncé le déploiement au Gabon d’un contingent prêt à intervenir à Kinshasa en cas de violence à la publication des résultats.

Le chef de la mission d’observation de l’Union africaine et l’Union européenne ont aussi demandé le respect des résultats des urnes.

Jeudi, la Cenco, puissante conférence épiscopale disait connaître le “vainqueur” du scrutin auquel n’a pas participé le président Jospeh Kabila éliminé après deux mandats à la tête du pays. Mais il a choisi comme dauphin, son ancien ministre de l’intérieur, Emmanuel Ramazany Shadary soutenu le Front commun pour le Congo FCC, la coalition au pouvoir.

Face à lui, deux candidats de l’opposition, Martin Fayulu et Félix Tshisekedi qui ont tous les deux mis en garde contre toute falsification des résultats.

Plus de 39 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, dimanche 30 décembre, pour désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis dix-huit ans. Mais rien n’est simple dans ce scrutin, après une campagne ponctuée de reports et des élections chaotiques.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*