Afrique du sud : l’ANC exclut des candidats aux prochaines élections

Le président sud africain, Cyril Ramaphosa promet de rédorer l'image de l'ANC au pouvoir qui a été écornée par les scandales de corruption

Le Congrès national africain (ANC) a décidé à l’issue de son congrès dans un banlieue de Durban d’exclure de ses listes les membres et dirigeants soupçonnés d’avour joué un rôle dans “les divisions et conflits” au sein du parti.

Ces personnes ne seront pas autorisés à figurer sur la liste des représentants du parti aux prochaines élections de cette année.

C’est l’une des principales mesures arrêtées par l’ex parti de Nelson Mandela à l’issue de son congrès nationale sur l’examen des listes devant être présentées par le parti lors des prochaines élections.

Au cours du congrès tenu dans la banlieue d’Umhlanga, à Durban, les participants ont décidé de revoir les critères de ses listes de représentants qui feront désormais l’objet d’un processus strict de contrôle.

“Les candidats doivent prouver leur fidélité à l’ANC “, a déclaré Dakota Legoete, porte-parole par intérim du parti.

Plus tôt, le secrétaire général adjoint de l’ANC, Jessie Duarte, a déclaré que le parti n’envisageait exclure que ceux qui ont été condamnées en justice. Mais dimanche, le parti a déclaré qu’il avait revu les critères pour interdire les candidats qui avaient été traduits en conseil de discipline et poursuivis pour corruption.

“La congrès a insisté sur le fait que dans le cas où les principes et directives adoptés ne seraient pas respectés, le congrès n’hésiterait pas à intervenir”, a déclaré Legoete.

Il a déclaré que le parti avait décidé de soumettre les listes à un processus d’approbation pour vérifier si chaque candidat remplissait les conditions requises pour défendre les couleurs de l’ANC lors de prochaines élections.

“L’ANC ne se fait pas d’illusion que ses listes doivent renforcer son intégrité, avec un calibre de représentants capables de faire progresser le mandat électoral de l’ANC “, a déclaré le parti dans sa déclaration après la conférence sur la liste.

Le parti a accepté de poursuivre sa politique consistant à s’assurer qu’un candidat sur deux sur les listes soit une femme, et a abolit le principe selon lequel chaque candidat devait jouir d’une expérience pour voir son dossier être retenu.

Une fois les listes soigneusement confectionnées, le comité exécutif national de l’ANC les adoptera et les soumettra à la Commission électorale indépendante avant les élections générales de 2019.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*