Gabon : la télévision a repris ses émissions, 7 putschistes présumés arrêtés

La télévision gabonaise a repris ses émissions interrompues après une tentative de putsch

Tout est parti très vite lundi à Libreville où un commandon d’environ dix militaires de la Garde d’honneur, un régiment de la Garde républicaine s’est emparé de la Radio Télévision Gabonaise.

On apprend que la télévision gabonaise émet à nouveau. Ses programmes avaient été interrompus dans la journée jusqu’en fin d’après midi après qu’un commando de dix militaires s’est emparé vers 4h locales, les locaux de la radio et de la télévision.

Le groupe dirigé par le lieutenant Kelly Ondo Obiang et de neuf autres soldats a appellé à un soulèvement populaire.

Se présentant comme les membres du Mouvement patriotique des jeunes des forces de

défense et de sécurité disaient agir dans l’intérêt de la nation peu informer de l’Etat de santé réel du président Ali Bongo absent du pays depuis son accident vasculaire cérébral le 24 octobre à Riyad en Arabie Saoudite.

Pour les présumés putschistes, le message à la nation le 31 décembre du président gabonais n’a fait que révéler son incapacité à pouvoir diriger le pays désormais aux mains de certaines. Mais qui? Le lieutenant Ondo Obiang n’a pas précisé.

A Libreville, tout est désormais sous contrôle a affirmé le ministre Guy Bertrand Mapangou. Le porte parole du gouvernement qui a fait une déclaration à son cabinet a également annoncé la mort d’au moins deux personnes lors de l’assaut de la RTG.

Les victimes sont, un membre du commando et un gendarme des forces spéciales gabonaises.

En outre, M. Mapangou a annoncé l’arrestation de sept autres membres du commando dont son chef, le lieutenant Kelly Ondo Obiang qui ont été remis au procureur de la république pour enquête.

Cependant, internet reste coupé et les médias sociaux toujours inaccessibles.

Des incidents ont été signalés à Port Gentil, capitale économique et fief de l’opposant Jean Ping.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*