Putsch raté au Gabon : RSF dénonce une prise en otage de l’information

Dans un communiqué lundi soir, Reporter sans frontières (RSF) dénonce une prise d’otage de l’information au Gabon où les autorités ont déclaré avoir repris le contrôle de la situation après une tentative de putsch.

Dans son communiqué, Reporters sans frontières (RSF) dénonce une prise en otage de l’information et demande aux autorités de garantir l’exercice du journalisme dans ce contexte mouvementé.

Plusieurs militaires ont fait irruption dans les locaux de la radio-télévision nationale du Gabon (RTG) tôt ce lundi 7 janvier, séquestrant au passage cinq journalistes et techniciens présents sur place au moment des faits, selon la
présidence, déplore dans le communiqué, Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique.

Revenant sur le cours des évènements dans la capitale gabonaise, RSF dit condamné “ sans réserve la séquestration des journalistes et dénonce cette prise en otage de l’information ». Et d’ajouter  » Il est essentiel que le rétablissement de l’ordre indiqué par les autorités s’accompagne d’une reprise effective de l’activité de la RTG et du rétablissement de la connexion internet dans le pays ».

« Dans ce contexte mouvementé, les Gabonais ont plus que jamais besoin de pouvoir accéder à des informations crédibles et les journalistes doivent pouvoir effectuer librement leur mission d’information », poursuit Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

Le Gabon occupe la 108e place dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF.

Aux dernières nouvelles, la télévision gabonaise a repris ses émissions interrompues tout au long de la journée après la tentative de putsch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *