Diplomatie : l’UA annonce la mise en place d’un nouveau passeport africain

L'idée de mise en place d'un passeport africain a été abordée pour la première fois en 2016

Le Président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a annoncé la mise en place prochaine d’un passeport africain.

Dans une déclaration, Moussa Faki Mahamat a indiqué que la Commission présentera les détails sur la conception, la production et la délivrance du nouveau passeport africain lors du 32e Sommet de l’Union africaine en février.

“la Commission présentera pour adoption, des lignes directrices sur la conception, la production et la délivrance du passeport africain, dont la concrétisation nous rapprochera du rêve de longue date d’une libre circulation totale sur le continent”. a souligné Moussa Faki Mahamat dans sa déclaration.

L’objectif est d’unir tous les Africains, d’aider les Etats ayant des passeports faibles et de favoriser la libre circulation pour tous les habitants du continent.

Seuls deux pays, les Seychelles et le Bénin, offrent un voyage sans visa à tous les pays africains, tandis que d’autres pays comme le Sud-Soudan exigent un visa d’entrée sur son sol.

Introduite pour la première fois en 2016 pour les chefs d’État africains, l’idée s’étend maintenant aux citoyens africains ordinaires.

Pourtant, nombreux sont ceux qui se demandent si le nouveau passeport sera mis en œuvre avec succès, car de nombreux États africains résistent encore aux migrants et aux réfugiés.

Face à ce blocage, Moussa Faki Mahamat a insisté sur la nécessité de surmonter les obstacles, car ” l’intégration sert au développement du continent et à la réalisation des aspiration de ses peuples qui aspirent au bien-être “.

Depuis des décennies, les pays africains aspirent à une intégration africaine d’où la création de l’Union africaine en 2002, et d’autres organisations avant elle comme l’Organisation de l’unité africaine (OUA) créée en 1963.

Les avantages d’une plus grande intégration comprennent des marchés régionaux plus larges qui peuvent offrir davantage de possibilités aux producteurs et aux consommateurs africains, les rendant moins dépendants de leurs petits marchés à l’intérieur de leurs propres frontières.

En 2014, il a été annoncé que l’autoroute Le Caire – Cape Town Highway commencera ses essais au début de l’année 2015.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*