RDC : plus de 800 personnes tuées dans des conflits ethniques

Environ 16 000 personnes ont fui les violences à Mai-Ndombe au nord-est de la République démocratique du Congo

Au moins 890 personnes auraient été tuées dans des violences ethniques dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo le mois dernier, a déclaré mercredi le Bureau des droits de l’homme des Nations unies.

Cette estimation est le double du bilan établit lundi par un prêtre local et un militant de la société civile qui ont déclaré qu’au moins 400 personnes avaient été tuées dans des violences ayant conduit à annuler le scrutin présidentiel dans cette région.

D’après l’Onu, ” au moins 890 personnes ont été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à l’ouest de la République démocratique du Congo.

Ces décès seraient consécutifs aux affrontements qui ont opposé les communautés Banunu et Batende, selon le communiqué le Bureau des droits humains des Nations unies.

Les violences communautaires et les pillages généralisés autour de la ville de Yumbi, ont conduit environ 16 000 personnes à chercher refuge en République du Congo située de l’autre côté du fleuve qui sépare les deux pays.

Toujours selon le bureau des droits de l’homme de l’ONU, 465 maisons et bâtiments, dont des écoles, un centre de santé, un marché et le bureau de la commission électorale nationale, avaient été incendiés ou pillés lors de ces accrochages.

Face à ces tuéries de masse, la Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet a réclamé l’ouverture d’une enquête indépendante et approfondie, pour établir les responsabilités et que les auteurs soient traduits en justice.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*