Zimbabwe : l’internet coupé jusqu’à nouvel ordre

Pneus brûlés, la rue gronde au Zimbabwé après la hausse des prix du carburant

Les autorités zimbabwéennes ont demandé au principal fournisseur d’internet dans le pays de couper ce service pour tenter de circonscrire les manifestations déclenchées au lendemain de l’augmentation du prix du carburant.

L’internet sera coupé quatre jours supplémentaires au Zimbabwé confronté à des manifestations anti-gouvernementales depuis lundi.

En cause, la hausse depuis samedi dernier du prix du carburant afin entre autres de mettre fin aux pénuries observées dans le pays et de lutter contre la vente illicite de ces produits.

L’annonce faite par le président Emmerson Mnangagwa a entraîné l’ire des populations qui sont descendues dans la rue.

La répression des manifestations a fait officiellement trois morts (3) selon les autorités et seize (16) d’après l’opposition et la société civile.

L’association des médecins du Zimbabwe a fait savoir jeudi, que ses membres avaient soigné environ cent soixante dix (170) patients dont un bon nombre blessés par balles.

Toujours jeudi, l’Union européenne a dénoncé un “usage disproportionné” de la force lors de la répression de la police et de l’armée.

Les Zimbabwéens accusent le président Emmerson Mnangagwa de ne pas avoir tenu ses promesses de campagne de relancer l’économie en difficulté marquée par une hyperinflation et un pouvoir d’achat de plus en plus faible.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*