Zimbabwe: l’auteur de l’appel à la grève générale arrêté

Au moins 700 personnes ont été arrêtées lors des manifestations contre la hausse des prix du carburant et les difficultés sociales au Zimbabwe

Le responsable de la principale confédération syndicale au Zimbabwe, à l’origine de la grève générale déclenchée après la hausse des prix du carburant a été mis aux arrêts.

Japhet Moyo, secrétaire général du Congrès zimbabwéen des syndicats (ZCTU), “a été arrêté à l’aéroport international Robert-Mugabe près d’une semaine après son appel à une grève générale violement réprimée par les forces de l’ordre.

Selon Kumbirai Mafunda, un porte-parole de l’ONG Avocats du Zimbabwe pour les droits de l’Homme (ZLHR) “il est détenu dans un commissariat de police d’Harare”.

Japhet Moyo avait appelé la semaine dernière à une grève générale pour protester contre la décision du président Emmerson Mnangagwa d’augmenter le prix du carburant pour “faire face aux pénuries récurrentes de l’essence et gas oil” et pour lutter contre “leur vente illicite sur les marchés noirs”.

Une annonce dénoncée par les syndicats, la société civile et l’opposition qui avaient accusé le président d’avoir violé ses engagements de campagne de relancer l’économie en décriptude du Zimbabwé asphixiée par une hyper inflation.

La semaine dernière, la répréssion des manifestations a causé la morts d’au moins trois (3) d’après le gouvernement et seize (16) selon les opposants.

L’association des médecins du Zimbabwé avait pour sa part indiqué avoir traité environ 170 personnes dont plus d’une soixantaine blessées par balles.

Dimanche, le porte parole de la présidence zimbabwéenne, George Charamba avait avertit que la répression n’est qu’un “avant-goût de qui va arriver” précisant par ailleurs que “Le MDC (Mouvement pour le changement démocratique, principal parti d’opposition) et ses affiliés seront tenus pleinement responsable de la violence et des pillages”.

Dans le cadre de ces manifestations, les forces de l’ordre ont interpellé au moins 700 personnes, l’internet a été coupé temporairement à deux reprises et les principaux réseaux sociaux restent bloqués.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*