Soudan : grève silencieuse des médecins

Au moins 150 médecins ont observé un sit in silencieux devant un hôpital de la capitale soudanaise pour protester contre l’assassinat d’un médecin lors des manifestations anti-gouvernementales à Khartoum la semaine dernière.

Au Soudan, les manifestations contre la hausse du prix du pain et les difficultés sociales se poursuivent à Khartoum.

Ces mouvements de protestation déclenchés depuis le 19 décembre se sont rapidement transformées en manifestations anti-gouvernementales et une occasion pour les manifestants de réclamer le départ du président Al Bachir au pouvoir depuis environ trois décennies.

A ce jour, au moins 26 personnes sont mortes lors des répréssions desdits mouvements sociaux d’après les autorités de Khartoum. L’Ong de défense des droits humains, Amnesty International dit avoir recensé plus de 40 victimes.

La semaine dernière, un médecin a été tué jeudi lors d’affrontements entre des manifestants et les forces de sécurité dans le district de Burri, dans l’est de la capitale.

Lundi, des médecins, certains vêtus de blouses blanches, ont organisé un sit-in silencieux devant l’hôpital Ahmed Al-Gassib, où le médecin travaillait. Munis de pancartes sur lesquelles on peut lire  » tuer un médecin, c’est tuer une nation « , ils sont restés silencieux pendant que le personnel de sécurité se déployait autour de l’hôpital, ont déclaré des témoins.

Vendredi, Sarah Jackson, directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, a déclaré qu’il était « scandaleux que les forces de sécurité soudanaises continuent de recourir à la force contre les manifestants.

Lors d’un rassemblement dans l’État du Nil blanc, en référence au redouté Service national de renseignement et de sécurité du pays, le président Al Bashir a déclaré que « Le médecin a tué à Burri par une arme qui n’appartenait ni à l’armée, ni au NISS, ni à la police ». Et d’ajouter « Il a été tué par quelqu’un parmi les manifestants. »

Ces mouvements sociaux surviennent au moment où le Soudan traverse une crise économique importante marquée par une grave pénurie de devises étrangères et une inflation galopante qui a plus que doublé le prix des aliments et des médicaments.

Le SPA a appelé à des manifestations nocturnes à compter de mardi à Khartoum et dans sa ville jumelle d’Omdurman. D’autres rassemblements sont également prévus jeudi  » dans toutes les villes du Soudan « .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *