Sud-Soudan : des réfugiés prêts à quitter les camps de l’Onu

Malgré une paix relative dans le pays, des dizaines de milliers de réfugiés sud-soudanais installés dans les camps de l’ONU, envisagent de rentrer chez eux.

Des dizaines de milliers de sud-soudanais vivent toujours dans les camps de réfugiés à travers le pays après des années de guerre civile. Les affrontements opposaient jusque-là, les troupes loyales au président Salva Kiir à celles proches et fidèles à son vice président Rieck Machar.

Seulement, depuis l’accord de paix entre les deux hommes, de nombreux sud-soudanais nourrissent l’envie de regagner leurs maisons en quittant définitivement les campas de réfugiés.

Nhial Nyuot Nhial, est l’un d’entre eux. Comme beaucoup d’autres, il souhaite rentrer chez lui mais pense que « Pour l’instant, il est impossible pour quelqu’un de partir, ». Il avait rejoint le camp de Juba en 2014, au début des premiers affrontements entre les deux parties.

A ce jour, plus de 190 000 personnes vivent dans la misère dans les six camps de l’ONU. La plupart fuient les violences ethniques d’après la guerre civile.

Interrogée par AP, Lauren Spink, chercheuse principale sur le maintien de la paix pour le Centre pour civils victimes de conflit, une organisation non gouvernementale fait savoir « qu’une fermeture complète des camps de réfugiés exposerait ceux qui y vivent et protégés par la Mission de l’Onu s’exposent des affrontements intercommunautaires ».

Un document interne de l’ONU partagé avec les agences d’aide en septembre, prévoyait  » Le démantèlement progressif des deux sites de l’ONU à Juba d’ici la fin janvier « .

Mais, aux dires du chef de mission de l’ONU au Soudan, David Shearer  » Aucune décision sur une fermeture éventuelle des camps n’a été prise ». « Les gens qui rentrent chez eux doivent prendre leurs propres décisions », a-t-il déclaré à l’AP.

Selon l’Onu, la guerre civile au Soudan du sud a fait près de 400 000 morts et plus de sept millions de personnes de déplacés. D’après les mêmes statistiques, deux tiers de la population ont  » besoin d’aide humanitaire » et, 1,5 milliard de dollars sont nécessaires pour leur venir en aide.

A ce jour, plus de quatre millions de personnes ont été déplacées de leur foyer et plus de deux millions d’autres ont fui le pays.

Au cours des six derniers mois, environ 17 000 personnes ont quitté volontairement les camps, selon l’ONU.

Mais les troubles persistants au Sud-Soudan inquiètent les civils, qui se demandent si le gouvernement peut subvenir à leurs besoins et les protéger. Même à l’intérieur des camps de l’ONU, il y a de la violence.

En août, des affrontements intercommunautaires à l’intérieur de l’un des sites de l’ONU à Juba, avaient poussé les Nations Unies à transférer près de 3 500 personnes à Mangateen, un camp sous-tutelle du gouvernement sud-soudanais.

Avec Associated Press

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.