Dette non divulgée du Mozambique : Et si l’Angola était touchée?

Lors de son accession au pouvoir, Joao Lourenço avait promis relancer l'économie et lutter contre la corruption

Alors que la saga du Mozambique sur les prêts non divulgués se poursuit devant les tribunaux nationaux et internationaux, de plus en plus d’indications donnent à penser que le scandale risque de s’étendre à l’Angola.

De plus en plus de preuves de l’existence de marchés publics opaques similaires s’accumulent et menacent de saper la campagne anti-corruption et la reprise économique naissante du gouvernement angolais.

EXX Africa vient de publier un rapport spécial sur le risque de retombées du scandale de la dette du Mozambique en Angola.

Il apparaît dans ce rapport de plus en plus d’indications qui donnent à penser que des dirigeants politiques angolais sont impliqués dans le scandale de la dette au Mozambique qui n’a pas encore été totalement révélée.

Ces liens et accords commerciaux émergents risquent de mettre à mal les mesures populaires anti-corruption de grande notoriété du gouvernement angolais. Il met les hauts responsables politiques angolais dans une position inconfortable et en présente de nouveaux risques sur le plan de la réputation des investisseurs angolais.

EXX Africa a recherché la source du problème pour examiner le rôle de l’élite politique angolaise dans le scandale de la dette au Mozambique et l’existence éventuelle de futures émissions de titres de créances non divulguées.

Notamment, au cours de notre enquête, un certain nombre de signaux d’alarme concernant les contrats conclus par Privinvest en Angola se sont avérés fondés, certains signalant des risques pour la réputation du président angolais, João Lourenço.

La relation de l’Angola avec le FMI et la perspective d’une reprise économique en 2019 se heurtent à de nouvelles difficultés, car les investisseurs sont exposés à des risques émergents de réputation, alors que le scandale de la dette au Mozambique est en train de s’étendre.

Avec APO Group


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*