Kenya : le syndicat des enseignants dénonce l’agression de ses membres

Le Secrétaire général de Knut, Wilson Sossion

Le Syndicat national des enseignants du Kenya (Knut) a protesté mardi contre la violence à l’égard de ses membres, affirmant qu’elle avait atteint un taux alarmant.

Le Knut a saisi Amina Mohamed, secrétaire du cabinet chargé de l’éducation, et à la Commission du service des enseignants (TSC) pour leur demander d’intervenir rapidement et de protéger les enseignants.

Le syndicat a mis en garde contre de nouvelles violences précisant que tout acte de récidive emmènerait les enseignants à organiser des manifestations à l’échelle nationale en guise de protestation.

Selon le Secrétaire général du Knut, Wilson Sossion, ces trois dernières années, des centaines d’enseignants ont été agressés par les apprenants soutenus entre autres leurs parents où leurs tuteurs pour des raisons sans fondement.

“Certains enseignants ont été gravement blessés par des élèves et des parents, laissant des traumatismes poussant plusieurs enseignants à ne plus exercer leurs fonctions de manière efficace”, a précisé M. Sossion.

D’après Wilson Sossion, le meurtre récent de Peter Omare, enseignant de collège secondaire Hopewell Secondary à Nakuru, a profondément marqué le corps enseignant.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*