Migrants : 130 disparus dans le naufrage de deux embarcations au large de Djibouti

Au moins 250 personnes sont portées disparues au large de Djibouti après le naufrage de deux embarcations de migrants

Le naufrage de deux embarcations de migrants au large de Djibouti a fait au moins cinq morts et 130 disparus.

Ce bilan provisoire a été donné par l’agence des Nations Unies pour la migration (OIM) qui signale que l’incident est survenu environ 30 minutes après le départ des deux embarcations de Godoria, région située au nord-est de Djibouti, pays de la Corne de l’Afrique.

“les secours déployés sur les lieux du drame ont récupéré deux survivants ainsi que les corps de trois femmes et deux hommes”, a déclaré l’OIM dans un communiqué.

L’un des survivants a déclaré que 130 personnes se trouvaient à bord du bateau dans lequel il s’était embarqué, mais n’a pas été en mesure de dire le nombre de passagers sur l’autre embarcation.

D’après l’OIM, “Les garde-côtes également alertés ont lancé des opérations de recherche et de sauvetage qui sont toujours en cours avec l’appui d deux patrouilleurs”.

Située de l’autre côté du détroit de Bab el-Mandeb, au Yémen déchiré par la guerre et à proximité de la Somalie et de l’Éthiopie, Djibouti est devenue un point de transit pour les migrants qui se dirigent vers le sud de la péninsule arabique.

La région d’Obock par exemple d’où sont partis les deux bateaux enregistre chaque jour les déplacements de bateaux remplis de réfugiés yéménites fuyant la guerre dans leur pays et des navires transportant des migrants africains qui cherchent de meilleures opportunités.

L’OIM gère un centre à Obock qui aide les migrants cherchant à fuir le conflit au Yémen.

En 2017, environ 2 900 personnes, principalement des Somaliens et des Éthiopiens, sont venues du Yémen, une année au cours de laquelle environ 100 000 migrants se sont rendus dans ce pays en crise.

“Le nombre de nouveaux arrivants au Yémen est en augmentation constante depuis 2012, malgré l’insécurité accrue et la violence qui a suivi la guerre qui a éclaté en mars 2015. Les arrivées ont atteint leur point culminant en 2016, avec plus de 117 000 arrivées au Yémen”, a déclaré l’OIM en 2018.


3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*