Guinée Equatoriale : le départ de Yahya Jammeh exigé

Photo/Illustration/ArchivesL'ex président gambien, Yahya Jammeh vit en exile en Guinée Equatoriale

L’opposition équato guinéene exige le départ de Yahya Jammeh, l’ex président gambien vit en exile en Guinée Equatoriale depuis sa défaite lors de la présidentielle du 1er décembre 2016.

L’ancien président gambien, Yahya Jammeh n’est plus le bienvenu en Guinée Équatoriale.

Dans ce pays d’Afrique centrale où a trouvé refuge l’ex chef de l’Etat gambien, installé à Mongomo, le village natal du président guinéen, l’opposition exige son départ.

Les plaintes sont du parti Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), deuxième parti d’opposition de Guinée équatoriale. Cette formation politique ” ne veut pas d’un autre dictateur “, lisait-on sur des affiches exposées devant son siège à Malabo.

Pour le CPDS “Yahya Jammeh devrait rentrer dans son pays, pour répondre de ses actes et crimes commis durant son règne”, mieux “La Guinée équatoriale ne peut pas se transformer en un pays d’accueil des dictateurs génocidaires”, s’insurge Andrés Esono Ondo, le secrétaire général du parti.

Soutenant la démarche du CPDS, Gabriel Nse Obiang, leader de Citoyens pour l’innovation (CI), dissous en février 2018, estime également que: Malabo ne peut accueillir ” quelqu’un qui a maltraité son peuple “.

Yahya Jammeh est arrivé au pouvoir en 1994 par le biais d’un putsch sans effusion de sang. Depuis lors, il avait réussi à se faire élire et réélire jusqu’à sa défaite en décembre 2016, face à l’opposant Adama Barrow.

Après six semaines d’une crise à rebondissements provoquée par son refus de céder le pouvoir, il a finalement dû quitter le pays le 21 janvier 2017 pour la Guinée équatoriale à la suite d’une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et d’une ultime médiation guinéo-mauritanienne.

Avec l’AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*