Des émissaires de l’Onu attendus en Guinée-Bissau

Des représentants du Conseil de sécurité sont attendus en février en Guinée-Bissau pour des consultationsCAP .

Les représentants des 15 pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies échangeront avec les autorités et l’opposition afin de les encourager à tenir des élections législatives et présidentielle pacifiques.

Ces élections prévues le 10 mars pour les législatives et un peu plus tard pour la présidentielle doivent ouvrir la voie à une levée des sanctions internationales imposées à ce pays depuis 2012 à la suite d’un coup d’Etat militaire.

Selon le président en exercice pour février du Conseil de sécurité, l’ambassadeur de Guinée Equatoriale, Anatolio Ndong cette visite des représentants des membres du Conseil de sécurité vise « à encourager les autorités de Guinée-Bissau à organiser des élections pacifiques, transparentes et inclusives ».

Mieux, des élections réussies pourraient entraîner la levée des sanctions onusiennes plus tard cette année ou au début de 2020, a ajouté Anatolio Ndong Mba.

Les élections législatives, initialement prévues en novembre dernier, doivent mettre fin à la crise en cours à Bissau. Le pays a plongé la crise depuis l’éviction en août 2015 par le président José Mario Vaz du Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC,pouvoir), auquel M. Vaz appartient également.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *