Tchad : l’UFR reconnait des dégâts après les frappes françaises

L'armée tchadienne affirme avoir capturé 250 jihadistes présumés

L’Union des forces de la résistance (UFR), groupe armé à l’origine d’une tentative de putsch en 2008 a affirmé avoir enregistré des dégâts importants après les frappes françaises de lundi et mercredi dans le Nord-Est tchadien.

Dans un communiqué samedi, l’armée tchadienne a affirmé avoir capturé 250 militants jihadistes après les frappes cette semaine contre une colonne de rebelles est entrée au Tchad depuis la Libye fin janvier.

Selon l’armée tchadienne, “Plus d’une quarantaine de véhicules” ont été détruits, “plusieurs centaines” d’armes saisies ainsi que “Plusieurs documents compromettants”, lors de ces frappes.

Lors du conseil du gouvernement jeudi, le président tchadien Idriss Déby Itno avait affirmé que la “colonne de pick-up de mercenaires” avait été “complètement détruite” par l’armée tchadienne épaulée par la France.

Ce même jour, l’Union des forces de la résistance a affirmé être entrée au Tchad avec trois colonnes distinctes de pick-up armés. Et le vendredi, le groupe via Mahamat Doki Warou, cadre de l’UFR a reconnu des “dégâts” après les frappes françaises successives.

D’après une autre source du groupe, dix combattants de l’UFR ont été tués dans les frappes qui ont ciblé lundi et mercredi dans la région de l’Ennedi, au Nord-Est tchadien frontalier de la Libye et du Soudan.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*