Une chinoise condamnée à 15 ans de prison pour trafic d’ivoire en Tanzanie

Yang Feng Glan arrivée en Tanzanie en 1975 en tant que traducteur est l'une des premières Chinoises à parler couramment le swahili

Une ressortissante chinoise, surnommée la «reine de l’ivoire» et considérée comme l’un des plus grands trafiquants d’Afrique, a été condamnée à 15 ans de prison, pour trafic d’ivoire.

Yang Feng Glan, 70 ans qui comparaissait mardi avec ses deux co-accusés tanzaniens Salivius Francis Matembo et Manase Julius Philemon, a été reconnue coupable de contrebande de 860 défenses d’éléphants, d’une valeur de 6,45 millions de dollars.

Ils ont également été condamnés à deux ans de prison supplémentaires en vertu de la loi tanzanienne sur la protection de la vie sauvage, qu’ils peuvent convertir en une amende équivalant à deux fois la valeur de l’ivoire dont ils sont accusés de contrebande.

Les autorités estiment cette valeur à 12,9 millions de dollars.

Les accusés ont déjà interjeté appel, a précisé le tribunal.

Le juge a accusé Yang Feng Glan d’être à la tête d’un vaste réseau de trafiquants bien organisé entre l’Afrique de l’Est et la Chine et d’utiliser ses relations avec l’élite chinoise et tanzanienne pour vendre l’ivoire à travers le monde.

Madame Yang a été arrêtée à Dar es Salaam, le 28 septembre 2015, après un an de chasse à l’homme.

Selon les organisations de défense de l’environnement, sa condamnation est un message fort aux trafiquants.

“Le gouvernement prend très au sérieux le trafic d’espèces sauvages”, a déclaré Krissie Clark, directrice exécutive de la PAMS Foundation, une ong qui lutte contre le trafic des espèces sauvages.

Et d’ajouter “La condamnation d’aujourd’hui est la preuve que personne en Tanzanie n’est au-dessus de la loi.”

La condamnation historique de Madame Yang est l’une des peines les plus sévères jamais prononcées à l’encontre d’un ressortissant chinois aussi connu et bien renseigné vivant en Afrique de l’Est.

Yang Feng Glan est arrivée en Tanzanie en 1975 en tant que traducteur pour une entreprise chinoise qui construisait un chemin de fer reliant le port de Dar es-Salaam à la Zambie.

Elle a été l’une des premières Chinoises à parler couramment le swahili.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*