Le Botswana dément l’octroi d’un prêt de 600 millions $ au Zimbabwe

Le Président Botswanais, Mokgweetsi Masisi a démenti l’information selon laquelle son pays aurait accordé un prêt de 600 millions de dollars au Zimbabwe pour soutenir l’industrie du diamant de ce pays.

Dans sa parution mardi, le journal pro gouvernemental, The Herald avait indiqué en citant le secrétaire du ministère des Affaires étrangères du Zimbabwe que le Botswana avait consenti un prêt de 500 millions de dollars à ce pays pour soutenir son industrie du diamant et 100 millions de dollars supplémentaires au profit du secteur privé local.

Pour le président Botswanais, Mokgweetsi Masisi, ces informations sont complètement « fausses ». Le chef de l’Etat
botswanais s’exprimait en fin de semaine dernière lors d’une rencontre avec les journalistes à Gaborone, au lendemain de sa visite au Zimbabwe avec une délégation gouvernementale et d’hommes d’affaires à Harare.

« Nous ne leur accordons pas un seul prêt. La seule chose que nous leur avons donnée hier, ce sont des fournitures
médicales fabriquées au Botswana et des compléments alimentaires d’une valeur de 2,1 millions de pula (197.600
dollars). » a précisé le président Masisi.

D’après le numéro un Botswanais, 100 millions de dollars de crédit sont actuellement disponibles dans de banques privées au Botswana et au Zimbabwe pour aider les entreprises privées Botswanaises.

Aux dires de M. Masisi, son pays a  » exigé et attend des garanties de la part des autorités Zimbabwéennes ».

Pour Mokgweetsi Masisi, le Botswana, qui est le plus grand producteur de diamants en valeur, compte aider le Zimbabwe à vendre ses diamants parce qu' »il serait utile et stratégique pour le Botswana » qui entend devenir un centre mondial du commerce des diamants.

Le secteur du diamant du Zimbabwe est en difficulté depuis que le gouvernement a expulsé les sociétés privées des champs de Marange Est au début de 2016 après leur refus de fusionner avec la société minière d’État.

Les relations entre le Zimbabwe et le Botswana se sont améliorées après une période difficile lorsque l’ex-président du Botswana, Ian Khama, qui a démissionné en 2018, a régulièrement reproché à Robert Mugabe, de s’être maintenu trop
longtemps au pouvoir.

Mais sous la pression de l’armée en 2017, M. Mugabe a dù démissionner, mettant ainsi fin à son règne de 37 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *