Algérie : Les universités envoyées en congés pour étouffer les marches anti 5e mandat

Les autorités algériennes ont décidé d'avancer et d'allonger les vacances des universités du pays pour étouffer de nouvelles manifestations contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika

Samedi, de nombreux universités algériennes ont été envoyées en congés à la suite d’une décision des autorités pour tenter de contenir les manifestations anti 5e mandat organisées par étudiants.

La mesure du gouvernement vise à casser la grève entamée depuis plusieurs jours par les enseignants et étudiants de nombreuses universités du pays.

D’autres établissements du supérieur avaient décidé de rejoindre le mouvement à partir de dimanche pour protester contre la candidature à un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

Dans un arrêté publié samedi, le ministère de l’Enseignement supérieur a décidé que les vacances de printemps commenceront ce dimanche (10 mars) au lieu du 21 mars comme prévu initialement jusqu’au 4 avril prochain.

Cette mesure a été prise après des manifestations massives vendredi dans les grandes villes d’Algérie contre un cinquième mandat du président.

Seulement, celle-ci risque de forcer les étudiants à quitter les campus et pénaliser ceux qui poursuivent leur cursus loin de chez eux car plusieurs cités universitaires seront fermées durant toute la durée des vacances, selon des étudiants.

Selon des chiffres officiels, l’Algérie compte plus de 1,7 million d’étudiants dont près de 630.000 sont hébergés dans des cités universitaires.

D’autres manifestations d’étudiants sont prévues mardi.

Mardi dernier, plusieurs milliers d’étudiants ont protesté dans certaines universités et dans la rue contre la nouvelle candidature d’Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle du 18 avril.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*