Week end sombre pour les compagnies aériennes

Samedi soir, le vol Air France AF 703 (image) qui a décollé d’Abidjan, en direction de Paris a fait demi tour après avoir perdu un de ses réacteurs

Alors que la compagnie aérienne Ethiopian Airlines reste ébranlée par le crash dimanche d’un de ses appareils, les compagnies Air France et Turkish Airlines ont eu plus de chances.

C’est un week end sombre pour les compagnies aériennes qui ont enregistré trois catastrophes dont une avec mort d’hommes.

Il s’agit notamment du crash peu après son décollage d’Addis Abeba en Ethiopie en direction de Nairobi (Kenya) du vol ET302 de la compagnie Ethiopian Airlines. L’appareil de type Boeing 737 MAX 8 acquis en novembre dernier par la compagnie a brusquement disparu des radars à hauteur de Bishoftu, à 62 km au sud-est d’Addis Abeba.

Il transportait 157 personnes notamment, 149 passagers et 8 membres d’équipage qui ont tous été tués dans le crash.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le vol Air France AF 703 qui a décollé d’Abidjan, en direction de Paris a interrompu sa course à cause d’un incident technique.

Vraisemblablement l’avion A380 aurait perdu un moteur alors qu’il survolait le Niger, assure l’un des passagers du vol.

Contraint de faire demi-tour, le commandant de bord a dû vider le kérosène de tous les réacteurs à l’aéroport d’Abidjan en pleine piste, pour se poser entouré de plusieurs camions de pompiers.

Selon plusieurs témoins, l’incident a provoqué une grosse frayeur au niveau des passagers dont le nombre est estimé à 500.

Samedi après midi, au moins trente (30) personnes dont un enfant et une hôtesse de l’air ont été blessés sur un vol de Turkish Airlines vers New York.

Là aussi, c’est un Boeing 777 avec à son bord 326 passagers et 21 membres d’équipage reliant Istanbul à New York qui été pris dans une très forte zone de turbulences alors qu’il survolait encore l’océan Atlantique.

L’incident est survenu quarante-cinq minutes avant son atterrissage prévu à l’aéroport JFK, samedi en fin d’après midi.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*