Le congrès CAPE VII prévu du 2 au 5 avril à Malabo


L’édition 2019 du congrès et exposition Cape VII de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (l’APPO) se tiendra du 2 au 5 avril à Malabo en Guinée Equatoriale.

Cette rencontre rassemblera les hauts dirigeants du secteur pétrolier et gazier, les principaux ministres de l’énergie du continent africain ainsi que des responsables politiques internationaux.

La réunion qui se déroulera sur une semaine sera axée sur les réformes politiques, l’influence de l’Afrique en matière de géopolitique énergétique et de coopération croissante entre les pays africains. La conférence réunira une vingtaine de gouvernements africains, une douzaine de compagnies pétrolières nationales et plus de 50 exposants et sponsors.

M. Emmanuel Ibe Kachikwu, président de l’APPO (Organisation des producteurs de pétrole africains) et le ministre des Ressources pétrolières de la République du Nigéria, présenteront les réformes fondamentales de l’APPO et l’objectif de l’organisation de créer un groupe puissant des producteurs de pétrole africains hautement visible sur la scène internationale.

La découverte de nouveaux gisements à travers l’Afrique – du Mozambique à la Mauritanie en passant par la Namibie et le Sénégal a suscité un regain d’intérêt pour l’exploration et la production de pétrole dans l’ensemble du continent, ce qui signifie que l’APPO devrait accueillir de nouveaux producteurs parmi ses membres.

Dans le cadre du CAPE VII de l’APPO, les ministres africains du secteur des hydrocarbures, dont M. Tarek El-Molla, ministre égyptien du Pétrole, M. Jeff Radebe, ministre sud-africain de l’Énergie ou encore, M. Pascal Houangni Ambouroué, ministre gabonais du Pétrole et des Hydrocarbures entre autres, aborderont les thèmes des infrastructures gazières et pétrolières, ainsi que de la coopération régionale.

La nouvelle vague d’investissements énergétiques en Afrique – et l’accent placé sur la croissance des réserves pétrolières et gazières et la création de régimes réglementaires attractifs pour les nouveaux investissements – contraste nettement avec la situation qui prévaut dans de nombreux autres marchés plus développés dans le monde.

Des pays tels que les États-Unis, l’Irlande, l’Italie et la Nouvelle-Zélande réduisent le potentiel mondial d’exploration, tandis que la Nouvelle-Zélande a interdit toute nouvelle exploration.

D’autres groupes d’experts aborderont la coopération régionale, les appels à l’investissement en aval, le potentiel de financement du secteur pétrolier et gazier africain, ainsi que le besoin de diversification économique.

Avec APO Group


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*