Mali-Massacre : l’Onu déploie des enquêteurs à Ogossagou

L’ONU a annoncé mardi l’envoi d’une équipe d’enquêteurs au village peul d’Ogossagou au Mali où 160 personnes ont été tuées samedi par des individus armés présumés Dogons.

Cette tuerie survenue samedi au moment où une délégation de l’Onu était présente au Mali, a visé ce village situé non loin de la frontière avec le Burkina Faso.

Il s’agit de la pire des tueries de masse enregistrées au Mali depuis la fin en 2013 de l’offensive lancée à l’initiative de la France, pour mettre hors d’état de nuire les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays.

Ce sont 13 enquêteurs, dont des experts des scènes de crime qui ont été dépêchés dans la région de Mopti, a annoncé Ravina Shamdasani, porte-parole du Bureau des droits de l’Homme de l’ONU à Genève.

Les experts onusiens vont tenter de comprendre et surtout déterminer les origines d’une série d’attaques dans la région de Mopti, qui a fait « quelque 600 morts et provoqué le déplacement de milliers de personnes depuis mars 2018 », a précisé la presse la porte-parole du Bureau des droits de l’Homme de l’ONU.

« Nous sommes en contact direct avec les autorités », a poursuivi Ravina Shamdasani en expliquant que l’ONU avait offert son aide pour l’enquête afin de « traduire les coupables devant la justice et rompre le cercle de l’impunité ».

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se sont multipliés entre peuls et les ethnies bambara et dogon, vivant essentiellement de l’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *