Succès de l’économie numérique africaine : La coopération transfrontalière nécessaire

En matière de transformation numérique, le manque persistant d’infrastructures adéquates et de connectivité empêche l’Afrique de réaliser son véritable potentiel économique.

C’est ce qu’a déclaré James Claude, PDG de Global Voice Group (GVG) fournisseur de solutions informatiques aux gouvernements et autorités réglementaires.

Lors du 5e Forum de Crans-Montana à Dakhla, récemment au Maroc, M. Claude a estimé que « Les entreprises, les universités et les jeunes entrepreneurs contribuent de plus en plus à l’économie numérique et favorisent l’innovation en Afrique. Il faut maintenant que les gouvernements s’emploient à aider ces acteurs du secteur privé à accélérer le développement de leurs solutions de manière à entraîner un vrai changement pour le continent, » a-t-il fait savoir. Et d’ajouter  » Cela nécessitera une harmonisation des réglementations qui permettra aux entreprises et aux prestataires de services d’étendre leurs activités au-delà des frontières nationales. »

Le potentiel de l’Afrique, principal chef de file de l’économie numérique mondiale croît considérablement chaque année. La population africaine augmente de façon exponentielle et devrait passer de 1,379 à 1,486 milliard d’habitants d’ici 2025.

De plus, la pénétration de l’économie numérique sur le marché s’accélère. Et il est important de noter que d’ici 2020 la moitié de la population africaine possédera un smartphone, ce qui contribue déjà grandement à surmonter les barrières infrastructurelles à la transformation numérique et à connecter les personnes et les services en ligne.

 » Profitant de cet élan, des plates-formes d’argent mobile telles que M-Pesa ont fondamentalement changé la façon dont l’argent circule sur le continent. L’avènement de l’argent mobile a entraîné une rapide croissance du commerce électronique et les détaillants en ligne qui acceptent les paiements mobiles permettent aux personnes même dépourvues de compte bancaire d’accéder à une plus grande diversité de produits. De même, les petites et moyennes entreprises peuvent accroître leurs ventes et contourner de nombreuses contraintes infrastructurelles. »

« Les gouvernements de tout le continent doivent s’appuyer sur cette évolution pour crér davantage de services numériques basés en Afrique et faciliter la création d’entreprises technologiques locales, tout en continuant d’investir dans l’éducation et dans des incubateurs qui permettent aux citoyens d’avoir pleinement accès aux bénéfices de la transformation numérique », insiste le PDG de Global Voice Group.

Source : APO Group pour Global Voice Group.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *