Attaques à caractère xénophobe en Afrique du sud : la justice sollicitée

Le président sud africain, Cyril Ramaphosa promet de rédorer l'image de l'ANC au pouvoir qui a été écornée par les scandales de corruption

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa a déclaré lundi que les auteurs d’actes de violence à caractère xénophobe contre les migrants africains doivent être traduits en justice.

M. Ramaphosa a demandé aux forces de l’ordre d’identifier et de poursuivre les personnes impliquées dans les récentes attaques à Durban contre les migrants.

La semaine dernière, des centaines d’étrangers ont été chassés de chez eux et certains de leurs commerces ont été pillés par des manifestants en colère dans la ville de Durban. Certains ont dû se réfugier dans les commissariats de police et les mosquées, selon les médias locaux.

Plusieurs immigrants malawiens ont fui des attaques similaires dans la province du KwaZulu-Natal après que des manifestants affirmant que les immigrants avaient pris des emplois et des entreprises destinées aux citoyens se soient pris à eux, selon le site web sud-africain Times Live.

Les partis ont également été invités à soutenir une motion appelant à un référendum de confirmation sur tout accord conclu par le Parlement.

Le président sud africain a également condamné les attaques survenus lundi et a déclaré qu’il n’y avait aucune “justification à la criminalité”.

La violence anti-immigrés survient alors que l’Afrique du Sud célèbre 25 ans de liberté après l’apartheid, a dit le président, ajoutant que le pays doit sa liberté au soutien d’autres pays africains.

“Le développement de l’Afrique dépend de la circulation accrue des personnes, des biens et des services entre les différents pays pour que nous puissions tous en bénéficier. Nous ne permettrons pas aux criminels de faire reculer ces processus “, a prévenu Cyril Ramaphosa.

Le ministre sud-africain des Relations internationales, Lindiwe Sisulu, et le ministre de la Police ont également tenu une réunion d’urgence avec des ambassadeurs d’autres pays africains pour aborder les questions de sécurité soulevées par les attaques.

En 2015, plusieurs personnes ont été tuées et des milliers d’immigrés ont fui alors que les attaques xénophobes atteignaient leur paroxysme dans tout le pays.

En 2008, des dizaines de personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont cherché refuge dans des camps de fortune lors d’une vague d’attaques xénophobes sporadiques en Afrique du Sud.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*