Le rapport préliminaire d’enquête sur le crash du vol d’Ethiopian Airlines accable Boeing

Le 10 mars dernier le vol 302 d'Ethiopian Airlines s'écrasait avec 157 personnes à bord six minutes seulement après son décollage de l'aéroport d'Addis Abeba

Selon le rapport préliminaire d’enquête sur les circonstances du crash du vol 302 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, les pilotes de la compagnie
aérienne éthiopienne ont bien suivi les procédures d’urgence de Boeing avant le crash.

Un clou pour Booeing accablé par le rapport préliminaire d’enquête sur les causes du crash le 10 mars du vol ET302 de la compagnie aérienne éthiopienne qui révèle que les pilotes avaient bien suivi les procédures d’urgence du constructeur américain avant la catastrophe aérienne.

Selon le Wall Street Journal qui révèle les conclusions dudit rapport préliminaire, citant des sources anonymes, le WSJ révèle aussi que, malgré le respect de toute la procédure, dont l’arrêt du système automatisé de commandes de vol, les pilotes n’avaient pu reprendre le contrôle du Boeing 737 MAX 8.

Ces révélations viennent conforter la position de l’agence de la Federal Aviation Administration qui avait décidé début mars d’immobiliser au sol tous
les Boeing 737 Max, affirmant qu’elle avait identifié des similitudes entre l’accident d’Ethiopian Airlines et celui de Lion Air en Indonésie en octobre
2018.

Le 10 mars au matin, le vol 302 d’Ethiopian Airlines s’est écrasé après avoir décollé d’Addis-Abeba en direction de Nairobi, au Kenya, tuant les 157 personnes à bord.  Le vol de la compagnie aérienne indonésienne LionAir 610 s’était éagelemnt abîmé en mer de Java en Indonésie le 29 octobre 10 minutes
après son décollage de l’aéroport de Jakarta, tuant le 189 personnes à bord.

À la suite du crash du vol de la compagnie Lion Air, Boeing avait publié un ” bulletin du manuel d’exploitation ” indiquant aux exploitants aériens
comment corriger les erreurs de lecture dans le poste de pilotage.

Le constructeur américain indiquait aux compagnies aériennes ” les procédures en vigueur pour les équipages de conduite en cas d’erreur d’un capteur d’angle d’attaque (AOA) “, selon un communiqué de Boeing.

S’ils sont confirmés, les résultats publiés dans le Wall Street Journal prouverait que le respect des procédures d’urgence du manuel de Boeing pourrait ne pas avoir été suffisant pour prévenir un accident.Les conclusions ne sont pas définitives et peuvent changer à mesure que l’enquête se poursuit.

Avec CNN et WALL STREET JOURNAL


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*