Kenya : Uhuru Kenyatta dénonce des pressions contre “lui”

Devant le parlement réuni en session extraordinaire, le président Uhuru Kenyatta a dit faire l'objet de pression pour licencier les personnes soupçonnées de corruption

Lors de son discours jeudi au parlement sur l’état de la nation, le président kenyan, Uhuru Kenyatta a dit subir des pressions de la part des populations lui demandant de licencier toutes les personnes soupçonnées de corruption.

Le président Uhuru Kenyatta qui s’est exprimé devant le Parlement à Nairobi a déclaré que, malgré les pressions exercées par les Kenyans et les médias, sa lutte contre la corruption se fera dans le strict respect de la loi et que les personnes impliquées ou soupçonnées de corruption seront poursuivies dans cette logique.

“Je reçois énormément de pressions pour je licencie de certaines personnes! Je dois toutefois avertir que les personnes soupçonnées de corruption seront
poursuivies conformément à la loi- et non sur la base de la justice populaire. Bien que les médiats remettent en cause notre détermination à lutter contre la corruption, aucune personne ne sera condamnée sans être entendue par la justice”, a déclaré M. Kenyatta.

D’après le Président kenyan, tout ministre qui sera reconnu coupable de corruption par la justice sera révoqué du gouvernement, non sans précisé que les
institutions luttant contre la corruption devaient être renforcées et non affaiblies.

“Honorables députés, pour préserver ces résultats, les institutions chargées de contre la corruption doivent être renforcées et non affaiblies “, a- t-il déclaré.

Uhuru Kenyatta venait de clore le débat sur la proposition de loi du député de la ville de Kiharu, Ndindi Nyoro, visant à limiter les pouvoirs du directeur des enquêtes criminelles et à empêcher son bureau d’enquêter sur les crimes économiques et financiers.

Avec Pulse Kenya


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*