Les forces du maréchal Haftar s’emparent de la ville de Gharyan au sud de Tripoli

Moins de 24 heures après l’arrivée à Tripoli du Secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, jeudi des forces fidèles au Maréchal Khalifa Haftar ont annoncé la prise de contrôle de la ville de Gharyan au sud de la capitale libyenne.

La prise de contrôle de Gharyan par l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar illustre combien de fois l’accord pour la tenue des élections signé sous l’égide de l’Onu entre les autorités rivales reste fragile.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est divisée en deux : le gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté
internationale, siège à Tripoli, tandis qu’un gouvernement parallèle, soutenu par Khalifa Haftar, dirige l’est du pays.

Cette scission a notamment favorisé l’installation de militants de l’Organisation Etat Islamique (EI) et d’autres groupes armés.

Pour certains diplomates, cette prise contrôle des éléments de l’ANL vise à faire pression sur le premier ministre reconnu par la communauté internationale, Fayez Al Sarraj afin qu’il accepte un accord de partage du pouvoir permettant à Haftar de prendre la tête de l’armée nationale.

Il s’agit en tout cas d’un coup rude pour l’ONU et les pays occidentaux qui tentaient une médiation entre les deux camps et alors que Sarraj et Haftar s’étaient rencontrés le mois dernier à Abou Dhabi pour des pourparlers.

Avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *