Ouganda : la touriste américaine et son chauffeur libérés contre rançon

La touriste américaine et son chauffeur enlevés mardi par des hommes armés dans un parc national ougandais, ont été libérés contre le versement d’une rançon.

L’information a été donnée dimanche par l’agence ayant organisé leur safari précisant que la touriste américaine, Kimberly Endicott, et son chauffeur Jean-Paul Mirenge, « sont de retour sains et sauves », a déclaré Mike Walker, un responsable de Wild Frontiers Safaris.

La police avait déclaré que les ravisseurs avaient utilisé le téléphone portable de Mme Endicott pour réclamer une rançon de 500.000 dollars (445.000 euros) pour libérer leurs deux otages.

Les victimes « ont été retrouvées vivantes », a dit la porte-parole de la police Polly Namaye sans précisé si une rançon avait été payée en contre partie aux ravisseurs.

La libération de Mme Endicott et de M. Mirenge sains et saufs est due aux « efforts sans relâche » menés pour les retrouver par les équipes de recherche, composées d’éléments de la police, de l’armée et des autorités environnementales, a ajouté Mme Namaye.

La police ougandaise chargée de la protection des touristes avait déployé une unité spéciale comprenant aussi des soldats et des rangers pour traquer les ravisseurs.

Quatre hommes armés avaient tendu une embuscade mardi entre 17H00 (14H00 GMT) et 19H00 (16H00 GMT) à un van transportant des touristes dans le parc national Queen Elizabeth, dans le sud-ouest de l’Ouganda emmenant avec eux la touriste américaine de 35 ans et le chauffeur, un guide expérimenté âgé de 38 ans.

Le parc national Queen Elizabeth, un des plus connus d’Afrique de l’Est et qui s’étend sur 1.978 kilomètres carrés, est situé le long de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC) et plus particulièrement de l’est de ce pays, une région instable où pullulent groupes armés et milices.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *