Gabon : les cours suspendus dans les lycées jusqu’à nouvel ordre

Le gouvernement gabonais suspend les cours dans les établissements secondaires du pays pour stopper la fronde des élèves contre les nouvelles mesures d'attribution des bourses d'études

Les autorités gabonaises ont décidé mercredi de suspendre les cours dans les établissements secondaires publics sur l’ensemble du territoire à la suite d’un mouvement de protestation des élèves contre les nouvelles mesures d’attribution des bourses d’études.

 

En début de semaine, le premier ministre gabonais, Julien Nkoghe Bekale s’était dit prêt à rencontrer les élèves pour discuter avec ces derniers après leurs premières manifestations.

Mais mercredi, à la suite d’un mouvement plus important ayant conduit à l’arrestation de plusieurs élèves et pour éviter tout embrasement, les autorités du Gabon ont décidé tard, en soirée, de suspendre les cours dans les établissements secondaires publics pour tenter d’apaiser la colère des apprenants.

Fin mars, un projet de décret fixe désormais à 19 ans l’âge maximum et exige au moins 12 de moyenne au bac pour avoir droit à une bourse d’études au supérieur.

Le gouvernement avait dit vouloir encourager “l’excellence”.

Cette réforme aura pour effet de réduire sensiblement le nombre d’étudiants susceptibles de prétendre à cette bourse
universitaire, dont le montant est d’environ 83.000 francs CFA par mois (127 euros).

Selon les chiffres du ministère de l’Enseignement supérieur gabonais, 65% des admis au premier tour du baccalauréat en 2017 étaient âgés de vingt ans ou plus.

Mercredi, l’ancien premier ministre, Raymond Ndong Sima s’est interposé devant les forces de l’ordre pour empêcher ces dernières de gazer des élèves.

Comme lui, plusieurs personnalités du régime dont le gouverneur de la province du Haut Ogoouée, Eloi Nzondo avait rencontré les élèves pour s’entretenir avec ces derniers.

De leurs côtés, les syndicats, Dynamique Unitaire et le Syndicat de l’Education Nationale (Séna) ont menacé d’entrée en grève exigeant à leur tour la coupe des salaires imposée par le gouvernement pour faire des économies.

 

 


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*