Washington appelle au respect du droit de manifester pacifiquement au Soudan

Le secrétaire d’Etat adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy a demandé mercredi aux autorités soudanaises de laisser la population manifester pacifiquement et de s’abstenir de toutes formes de violences au 5e jour consécutif du pied de grue des manifestants anti-gouvernementaux devant le QG de l’armée à Khartoum.

Selon Washington, les autorités soudanaises doivent laisser la population manifester sans violence.

Depuis 5 jours, des milliers de manifestants sont rassemblés devant le siège de l’armée dans la capitale soudanaise qu’ils appellent à convaincre le président Al Béchir de mettre en place un gouvernement de transition.

Washington qui a réagi par le Secrétaire d’Etat adjoint chargé de l’Afrique, Tibor Nagy a dit espéré que les forces de l’ordre ne tireront pas sur la foule de manifestants réclamant depuis cinq jours le démission du président Omar el-Béchir.

Mercredi, une foule déterminée de Soudanais a continué à défier le régime de Béchir devant le QG de l’armée dont les intentions, tout comme celles de la police, restent incertaines.

Ces milliers de Soudanais demandent inlassablement la démission du président au pouvoir depuis trois décennies. Ils ont essuyé à plusieurs reprises les assauts du puissant service de renseignement NISS, qui a tenté en vain de les disperser à coups de gaz lacrymogènes, selon les organisateurs des manifestations.

Selon un bilan officiel mercredi, plus de 40 personnes ont été tuées depuis le début du mouvement en décembre.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *