Gabon: la HAC suspend un journal privé pour six mois

Le journal L'Aube avait déjà été suspendu pour trois mois en novembre pour un article intitulé «Le Gabon en (très dangereux) pilotage automatique

La Haute autorité de la communication (HAC) du Gabon a suspendu pour six mois le journal privé proche de l’opposition “l’aube” pour deux articles «ayant violé» des articles du code de la communication.

Le journal a été frappé d’«interdiction de parution d’une durée de six mois» après deux articles parus respectivement le 25 mars et le 1er avril.

Selon la HAC, le premier constitue «une injure» à son endroit et envers ses membres, estimant avoir été qualifiés dans l’article de «sicaires, larbins et bien d’autres expressions [et] acronymes péjoratifs et sarcastiques».

Le second article incriminé est une interview fictive, publiée le 1er avril, de l’ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, Maixent Accrombessi.

Estimant que «tout journaliste est responsable des informations qu’il diffuse», la HAC a jugé que cette interview constituait une «faute manifeste». Maixent Accrombessi avait porté plainte pour diffamation auprès de la HAC le 5 avril. Lundi, L’Aube a qualifié cette fausse interview du 1er avril de «poisson d’avril», en expliquant que «chaque année, les rédactions du monde entier rivalisent d’imagination» pour en trouver.

Le journal L’Aube avait déjà été suspendu pour trois mois en novembre pour un article intitulé «Le Gabon en (très dangereux) pilotage automatique», paru après l’hospitalisation le 24 octobre en Arabie Saoudite du président Ali Bongo après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Avec AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*