Mauritanie: l’opposition dans la rue pour exiger la transparente électorale

Photo-Archives ; L'opposition lors d'une précédente marche

A environ deux mois de la présidentielle prévue en juin, l’opposition mauritanienne a mobilisé jeudi ses militants à
Nouackchott pour exiger des garanties pour une présidentielle transparente.

Des milliers de partisans de l’opposition mauritanienne ont manifesté à Nouakchott à l’appel de leurs leaders pour en effet exiger la mise en place d’une commission électorale «neutre» et la présence d’observateurs indépendants lors du scrutin présidentiel de juin prochain.

Les manifestants réclament la “recomposition” de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), qu’ils qualifient de «partisane» en ce que d’après eux «les membres, sauf un seul, soutiennent ouvertement le candidat du pouvoir», l’ancien général Mohamed Ould Ghazouani, dauphin désigné du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

La manifestation était conduite par quatre candidats déclarés à la présidentielle issus de l’opposition notamment: l’ancien premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, soutenu par le parti islamiste Tewassoul, le militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, l’opposant historique Mohamed Ould Moloud et l’ex journaliste, Hamidou Baba Kane, qu’accompagnent une quinzaine de petits partis et d’organisations de la société civile.

Tous ces candidats et leurs militants ont par ailleurs exigé un audit du fichier électoral, qui selon un communiqué de la Céni doit faire l’objet d’un recensement complémentaire du 24 avril au 4 mai.

Lors d’une conférence de presse, l’ex journaliste, Hamidou Baba Kane a notamment fait savoir qu'”une non prise en compte de des doléances des opposants par le pouvoir, est une porte ouverte à la fraude” à laquelle “l’opposition s’opposera par tous les moyens”, et d’ajouter en outre “Quelle ne reconnaîtra pas les résultats du vote”.

Avec AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*