Kenya : création d’une banque de lait maternel


La première banque de lait maternel a ouvert ses portes à la maternité de Pumwani du Kenya à l’initiative de l’Ong Path avec le concours du Centre africain de recherche sur la population et la santé des populations (APHRC).

Le processus d’établissement de cette banque de lait maternel a débuté en 2016.

Le projet piloté par l’ONG PATH, en partenariat avec l’APHRC et le ministère de la Santé du Kenya, a été réalisé en deux phases. La première phase a consisté à évaluer les perceptions et la sensibilisation des populations sur l’intérêt du lait maternel collecté auprès des mères donneuses. Environ 90% des participantes ont adhéré au projet, 80% ont accepté leur surplus de lait maternel et environ 60% ont indiqué qu’elles permettraient à leurs enfants d’être nourris avec du lait maternel collecté.

Un comité a également été mis en place pour superviser et orienter le travail des banques de lait maternel au Kenya avec à la clé l’envoi des membres en Afrique du Sud pour le partage d’expérience et l’élaboration des stratégies locales.

La phase deux du projet, marqué par la mise en place d’une banque pilote de lait maternel à la maternité de Pumwani a été précédé d’une étude faisabilité, son efficacité, sa perception par la société et l’évaluation des coûts de création d’une véritable banque de lait maternel au Kenya.

Bien que porteur, les initiateurs du projet ont été confrontés à plusieurs problèmes notamment d’ordre logistique en raison du manque sur le plan local des équipements adaptés et leurs inquiétés quant à la sécurité et la qualité du lait maternel du donneur.

Ces appréhensions ont été dissipées grâce au soutien du gouvernement kenyan.

Actuellement, des activités de plaidoyer et de communication sont menés afin de sensibiliser le public sur le projet de création de banques de lait maternel et de répondre aux préoccupations éventuelles.

Les banques de lait maternel sont des structures qui collectent, pasteurisent, testent, stockent et distribuent
systématiquement du lait maternel collecté.

Un système efficace comporte de nombreux processus opérationnels garantissant un lait sûr et de bonne qualité. Ces processus débutent par la sélection des donneurs qui doivent être des mères en bonne santé ayant un excédent de lait allant au-delà des besoins de leur propre enfant. Les donneurs sont soumis à des contrôles de santé comprenant des tests de dépistage du VIH, de la syphilis et des hépatites B et C. Ces maladies peuvent être transmises aux enfants par le lait maternel.

Le lait collecté dans des conditions hygiéniques est ensuite pasteurisé. Il est chauffé au bain-marie à 62,5 ° C pendant 30 minutes, puis refroidit. À la banque, le lait est congelé et stocké à -20 ° C. Au besoin, il est décongelé à la température ambiante et distribué aux enfants qui n’ont pas accès au lait de leur mère. Une ordonnance d’un professionnel de la santé qualifié est nécessaire pour cela.

Bien que l’allaitement soit la façon la plus naturelle et la meilleure pour les nourrissons, de nombreux bébés peuvent ne pas avoir accès au lait de leur mère. Cela aurait pu arriver pour plusieurs raisons – peut-être que la mère est malade, n’a pas assez de lait maternel ou est décédé.

Selon des statistiques, 44% des nouveau-nés dans les établissements de santé urbains ont été séparés de leurs mères pendant des périodes variables. Cela allait de moins d’une heure à plus de six heures et même quelques jours après la naissance. Parmi ces nourrissons, seulement 14% ont été nourris au lait de leur mère pendant la séparation. 36% des nouveau-nés n’ont rien mangé pendant cette période et 23% supplémentaires ont été nourris au lait maternisé ou au lait de vache.

Lorsque l’allaitement n’est pas une option, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de donner du lait maternel donné en guise d’alternative permettant de sauver des vies. Particulièrement pour les bébés nés prématuré, ayant un faible à la naissance, orphelins, souffrant de malnutrition ou gravement malades.

Source : theconversation


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*