Un couple de guinéens condamné à 7 ans de prison au Texas

Le fils de l’ex président guinéen, Sekou Touré, Mohamed Touré, et son épouse Denise Cros- Touré ont été condamnés par la justice américaine à 7 ans de prison pour exploitation d’enfant.

Selon le récit de l’antenne Afrique de la chaîne CNN, le couple texan a été également condamné à une indemnité de près de 300 000 dollars.

Le couple avait été condamné premièrement à une peine maximale de 20 ans de prison de travaux forcés, dont 10 ans de prison ferme pour complot pour avoir hébergé des étrangers.

La justice américaine reproche au couple américano-guinéen d’avoir exploité plus de 10 ans durant une jeune domestique. La victime dont l’identité n’a pas été révélée n’avait que 5 ans lorsqu’elle est arrivée à la résidence Toure à Southlake, où son premier travail consistait à s’occuper du plus jeune fils du couple, alors âgé de deux ans environ, selon la plainte déposée en 2018. Elle ne parlait pas anglais et n’était pas inscrite à l’école.

D’après la chaîne CNN, à son arrivée aux États-Unis, la jeune fille ouest-africaine sera ensuite chargée de faire la cuisine, nettoyer la maison et tondre la pelouse. Elle a été maltraitée et négligée pendant 16 ans – jusqu’à son évasion.

Mohamed Touré, 58 ans, et Denise Cros-Touré, 58 ans, d’origine guinéenne et résidents permanents aux États-Unis,  risquent de perdre leur statut et expulsés en Guinée, a annoncé le ministère de la Justice.

« J’espère que la peine d’aujourd’hui rendra un peu de justice et guérira la victime, qui a subi un traumatisme incalculable à la suite des crimes odieux commis par les accusés », a déclaré dans un communiqué le procureur général adjoint Eric Dreiband précisant que « Les prévenus ont volé son enfance et son travail pendant des années, s’enrichissant tout en la laissant dans la souffrance et dans un avenir incertain. »

Scott Palmer, l’avocat de Cros Touré, a déclaré que ces derniers n’avaient pas payé la fille pour son travail, car elle était comme un membre de la famille.

« Ils ne l’ont pas payé car vous ne payez pas les membres de la famille pour faire le ménage chez vous », a-t-il déclaré. « Elle a vécu là-bas, comme tout le monde car le couple voulait l’adopter  » a-t-il ajouté.

Les enquêteurs affirment que la jeune fille qui a d’abord vécu dans une cabane en terre battue d’une pièce avec sa famille en Guinée aurait commencé à travailler pour le couple accusé dans ce pays d’Afrique de l’Ouest aux côtés de son père alors agriculteur et pauvre.

Le ministère de la Justice a déclaré que le couple l’avait « punie physiquement, émotionnellement et verbalement », chaque fois qu’elle leur avait désobéi ou « n’avait pas effectué le travail qui lui était exigé ».

L’avocat de Touré, Brady T. Watt III, a déclaré que ces histoires avaient été fabriquées dans le but pour la jeune femme âgée de plus de 20 ans cette année de tenter de rester aux États-Unis. Selon lui, elle avait fait ces déclarations après que sa famille eut demandé qu’elle soit renvoyée en Guinée.

« Nous savons pourquoi cela est arrivé parce que c’était pour elle le moyen d’obtenir un Visa de séjour. Elle n’était pas une esclave. Elle préparait son Fitbit en faisant des séances de mannequinat. », a t-il soutenu.

À l’été 2016, la fillette s’était confiée à des amis du couple Touré au sujet de son agression présumée indiquant qu’elle avait tenté à plusieurs reprises de s’enfuir, mais était toujours rentrée chez elle, selon la plainte.

En août de la même année, avec l’aide de quelques anciens voisins, elle a attendu jusqu’à ce que Cros-Touré soit partie de la maison pour s’enfuire, emportant avec elle un sac à dos et ses documents de voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *