Sénégal : la suppression du poste de premier ministre actée au parlement


Les députés sénégalais ont approuvé samedi à une large majorité le projet de révision constitutionnelle qui supprime le poste de premier ministre et renforce l’action du président.

Cette réforme avait été proposée par le Président sénégalais, Macky Sall après sa réélection pour un second et dernier mandat.

Avec cette réforme adoptée samedi par 124 voix pour, sept contre, et sept abstentions, le président de la République ne pourra plus dissoudre l’Assemblée nationale.

Le Parlement de son côté, ne pourra plus controler l’action du gouvernement et déposer une motion de censure contre lui.

Un fait qui a entrainé des débats houleux entre parlementaires. Certains l’ont même qualifié de recul démocratique.

C’est le cas du député de l’opposition Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly, qui a reproché à ses collègues de la majorité de ne pas travailler pour le peuple qu’ils sont censés représenter.

Mais les défenseurs des rénovations constitutionnelles estiment que la suppression du poste de Premier ministre mettra fin aux goulots d’étranglement et permettra à ladministration publique d’être plus compétitive.

Aux dires de ces derniers, cette réforme de la loi fondamentale permettra d’accélérer les transformations de l’économie sénégalaise, un des pilliers du nouveau mandat du président Macky Sall.

A l’extérieur du parlement notamment à la place Soweto de Dakar, certains activistes contestant le vote dudit projet de révision constitutionnelle ont été arrêtés par la police.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*