Ethiopie : hausse des recettes fiscales


Les recettes fiscales en Éthiopie ont considérablement augmenté grâce à la mise en œuvre des réformes fiscales initiées par le gouvernement.

Ces conclusions ont été révélées lors d’un atelier organisé par la Banque africaine de développement et une délégation de haut niveau du gouvernement éthiopien.

Une étude a montré que l’introduction des caisses enregistreuses électroniques augmentait les prélèvements et les paiements de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) d’environ 32%, avec des variations selon les secteurs d’activité, la taille des entreprises et les sites.

Cette augmentation peut être considérée comme importante. Toutefois, compte tenu de la faible base d’imposition, il est possible de mobiliser des ressources nationales en accélérant les réformes, notamment en ce qui concerne l’utilisation d’informations tierces sur les contribuables, la promotion des systèmes électroniques de déclaration et de paiement des impôts et le renforcement de la capacité analytique à l’aide de bases de données nationales complètes.

L’atelier s’inscrivait dans l’engagement de la Banque d’aider le gouvernement à financer ses ambitieux plans de développement.

Les résultats d’une étude menée à l’initiative de la BAD en collaboration avec l’Institut éthiopien de recherche pour le développement (EDRI), le ministère du Revenu et la Commission des douanes éthiopienne, pour évaluer l’impact des principales réformes de la politique fiscale en Éthiopie, ont été examinés lors de cet atelier à Addis-Abeba.

Une étude basée sur la collecte a révélé que la menace pour les entreprises d’être placées sous redressement fiscal pouvait augmenter les paiements d’impôts de 38%, tandis que la persuasion morale pouvait augmenter les recouvrements de 32%.

Ces résultats élargiront les options de politique de réforme fiscale des autorités, en particulier celles liées à la conformité volontaire.

Pour le ministre des Finances, Ahmed Shide, ces études étaient “très opportunes et indispensables pour compléter les efforts de réforme du gouvernement visant à améliorer la perception des impôts”.

La Banque africaine de développement fournira une assistance technique pour aider les autorités à mettre en œuvre les résultats de la recherche. Cette assistance viendra compléter les services de conseil en cours visant à soutenir les réformes, notamment dans le cadre des partenariats public-privé et le secteur de la logistique.

Avec la BAD


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*