Crise en Libye : l’option militaire écartée


Il n’y aura pas de nouvelle opération militaire en Libye pour tenter de pacifier ce pays en proie à l’insécurité et où des milices s’affrontent pour le contrôle du pouvoir.

Cette option a été écartée par le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt.

Il a estimé jeudi qu’il ne pouvait pas y avoir de “solution militaire” aux affrontements en Libye, après des discussions à Londres avec le chef du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj.

Cette déclaration intervient au moment où le maréchal Khalifa Haftar se trouve au Caire en Égypte pour des consultations avec le président Abdel Fattah La Sissi.

Au cours de leur rencontre à Downing Street, en présence de la Première ministre britannique Theresa May, M. Sarraj et M. Hunt ont évoqué leur “inquiétude commune quant à la détérioration de la situation en Libye”.

Et Jeremy Hunt a indiqué sur Twitter. ” S’engager à un cessez-le-feu et à un retour aux négociations politiques sous l’égide de l’ONU est la seule manière d’aller de l’avant”.

Le Royaume-Uni a proposé une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU demandant un cessez-le-feu, qui n’a pu être approuvée, faute de consensus.

Avec AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*