Situation en Libye : le huis clos du Conseil de sécurité

Depuis début avril, les forces du maréchal Khalifa Haftar tentent de s'emparer de Tripoli

A la demande du Royaume Uni, le Conseil de sécurité se réuni vendredi pour discuter de la crise en Libye marquée depuis un mois par l’offensive des troupes du maréchal Khalifa Haftar.

Quelle stratégie pour mettre fin aux hostilités actuelles en Libye? La question sera débatue vendredi par le Conseil de sécurité convoquée à la demande du Royaume Uni qui a mis en suspens son projet de résolution demandant un cessez le feu à laquelle s’oppose les Etats Unis.

La Russie est aussi opposée au projet de résolution britannique.

Depuis début avril, les affrontements et les bombardements des forces du maréchal Haftar sur la capitale libyenne, ont fait au moins 432 morts et plus de 55.000 déplacés selon un bilan officiel provisoire.

Jeudi, le maréchal Haftar, en visite au Caire, le deuxième en moins d’un mois, a reçu le soutien du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à ses “efforts dans la lutte contre le terrorisme et les groupes et milices extrémistes.

L’objectif est de parvenir à la sécurité et la stabilité en Libye”, selon la présidence égyptienne.

Toujours jeudi, le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt a écarté l’idée d’une nouvelle intervention militaire en Libye.

Lors de sa rencontre à Londres avec le premier ministre, Fayez Al Sarraj en présence de la premier ministre Theresa May, il a estimé que les soutiens de la Libye devraient “S’engager à un cessez-le-feu et à un retour aux négociations politiques sous l’égide de l’ONU”.

Selon lui, cette option ” est la seule manière d’aller de l’avant”.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*