Crise au Soudan: le rétro pédalage de l’armée

L'ex président Omar El Béchir a été destitué par l'armée il y a un mois

Le Conseil militaire de transition dernièrement fermé aux négociations propose une reprise des discussions sur un transfert du pouvoir à une autorité civile.

L’annonce a été faite samedi par la coordination du mouvement de protestation au Soudan.

Dans un communiqué, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) indique avoir ” reçu un appel du Conseil militaire à reprendre les négociations”.

L’ALC se prête à y participer mais n’a pas donné de date ni de précisions sur la reprise des prochaines rencontres.

Les discusions entre les deux parties étaient au point mort depuis un certain temps, les deux parties n’étant pas parvenu à s’entendre sur la composition d’un organe appelé à remplacer le Conseil militaire.

L’ALC veut qu’il soit dominé par les civils tandis que l’armée cherche à ce qu’il comprenne une majorité de militaires.

Des milliers de manifestants campent toujours devant le QG de l’armée à Khartoum pour demander au Conseil militaire qui a pris les rênes du pays après l’éviction du président Omar el-Béchir le 11 avril, de céder le pouvoir à une administration civile.

Mais les pourparlers entre les dirigeants de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, et le Conseil militaire n’ont guerre évolué.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*