Madagascar: des députés soupçonnés de corruption


Dans un rapport transmis au parquet, le bureau malgache chargé de la lutte anticorruption (bianco) révèle que plus de la moitié des députés seraient corrompus.

D’après le Bianco, plus de la moitié des députés de l’Assemblée soupçonnés de corruption auraient touché des pots-de-vin, à moins de deux semaines des élections législatives.

Selon le Bianco, les noms de ces députés, au nombre de 79, ont été transmis au pôle anticorruption en début de cette semaine pour entamer la phase de poursuite des accusés. Le parquet va examiner et se prononcer sur l’inculpation de tout ou une partie des élus mis en cause.

L’affaire remonte en 2018, lors du dépôt par des députés de projets de loi visant à réformer la loi électorale. La démarche avait été engagée, quelques mois seulement avant le scrutin présidentiel.

Les textes en question avaient suscité l’ire de Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Les deux anciens présidents avaient accusé le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina de vouloir modifier les règles du jeu en sa faveur.

Pour sa part, l’opposition avait accusé les parlementaires d’avoir reçu chacun 50 millions d’ariary, soit 12.500 euros, en échange de leur vote.

Le Bianco avait ensuite ouvert une enquête sur ces allégations visant les 79 députés qui ont approuvé la réforme électorale.

S’ils sont inculpés puis jugés, ils risquent des peines de deux à cinq ans de prison pour avoir perçu des rémunérations injustifiées dans l’exercice de leurs fonctions.

Avec l’AFP


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*