Enfance : la situation mieux qu’il y a 20 ans

Photo Unicef

Dans un rapport, l’Ong Save the children fait savoir que la situation ces dernières années des enfants dans le monde s’est nettement améliorée qu’il y a 20 ans malgré quelques observations encore négatives notamment dans les pays en conflit.

Selon le rapport de Save the children, un enfant sur quatre n’a toujours pas une enfance saine, n’est pas en sécurité, vit ou fui les zones de conflit.

D’après l’ong, au moins 280 millions d’enfants ont de meilleures chances de grandir en bonne santé, d’être instruits et en sécurité comparativement aux deux dernières décennies.

Le rapport annuel évalue 176 pays sur l’accès des enfants aux soins de santé, à l’éducation, à la nutrition et à la protection contre les pratiques néfastes comme le travail des enfants et le mariage des enfants.

Dans le Rapport mondial sur l’enfance 2019, Save the Children montre que le monde a fait des progrès remarquables dans la protection de l’enfance, grâce à un leadership politique fort, aux investissements sociaux et au succès des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies.

Mais quel constat en Afrique?

Selon le rapport de Save the children, la Sierra Leone, le Rwanda, l’Éthiopie et le Niger, ont fait des progrès remarquables et particulièrement au Rwanda.

Au Rwanda note l’Ong, l’espérance de vie des enfants s’est améliorée et le nombre d’enfants décédant avant l’âge de
cinq ans a diminué de 79 %. Le pays a également réduit de moitié le travail des enfants, les naissances chez les adolescents et les meurtres d’enfants.

Mieux, plus d’enfants vont à l’école et moins d’entre eux sont mariés avant l’âge de 18 ans.

Au Niger, le nombre d’enfants qui meurent avant l’âge de cinq ans a également diminué de 62 % et en Sierra Leone, le nombre d’enfants en fuite a diminué de 99 %.

L’Éthiopie a enregistré une baisse de 41% du nombre de naissances chez les adolescentes, de 33% du retard de croissance, de 30% des homicides contre les enfants. Addis Abeba a réduit de moitié le nombre de décès d’enfants, d’enfants non scolarisés et de mariages d’enfants.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*