Congo : vers la relance de la production locale du riz

Au Congo, les autorités réfléchissent à comment rebooster la production locale du riz afin de parvenir à satisfaire la demande locale.

Quelles stratégies pour relancer la production locale du riz et satisfaire la demande locale?

Au Congo, les autorités se penchent sur le problème afin de pouvoir arriver à faire des économies en limitant les importations du riz.

Car, à ce jour le pays importe chaque année pas moins de soixante-neuf mille tonnes de cette denrée de première nécessité pour dix milliards francs CFA.

Pour inverser la tendance, la mise en place d’une stratégie nationale s’impose pour rebooster un secteur autrefois une fierté nationale. Jadis, le Congo produisait par le passé notamment en 1980, quatre mille tonnes.

Et pour le directeur général de l’Agriculture, Bienvenu Ntsouanva, permettre au pays de pouvoir nourrir ses enfants est plus qu’urgent car la consommation du riz est en hausse au niveau des ménages congolais.

Et comme un bienfait ne vient jamais seul, le Congo a adhéré en mars dernier à l’initiative CARD pour lui permettre d’atteindre les objectifs de consommation et conquérir des parts du marché régional en exportant le riz localement produit.

Le pays a une tradition rizicole, avec les bassins de production connus tels que Ewo dans la Cuvette ouest (nord), Kindamba et Vindza, dans le Pool, Boko-Songho et Madingou dans la Bouenza, Mossendjo et Makabana dans le Niari, au sud du Congo.

Avec ces niches bien connues, il suffira de relancer notamment les activités de l’Office des cultures vivrières dont la fermeture en raison des programmes d’ajustement structurel, a contribué à la destruction de la filière.

Avec lesechos-congobrazza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.